Sénégal

 

Le projet « Consolidation de la viabilité financière et de la couverture du système de protection sociale au Sénégal » fournit une assistance technique au pays pour mettre en place un système de protection sociale complet et inclusif, soutenu par un financement adéquat et durable, une gouvernance transparente et des mesures ciblées. L’action conjointe vise à étendre la couverture aux groupes vulnérables qui ne sont pas encore couverts, en particulier les personnes vivant avec un handicap et les travailleurs de l’économie informelle.

Le gouvernement du Sénégal a fait de l’extension et du renforcement de la protection sociale un élément fondamental de sa stratégie de développement économique et social, volonté traduite dans la Stratégie nationale de Protection sociale. Sous la coordination de la Délégation générale à la Protection sociale et la Solidarité nationale (DGPSN), cette stratégie vise la mise en place d’une protection sociale universelle et inclusive à l’horizon 2035. Toutefois, la coordination du système de protection sociale demeure un défi avec i) un environnement institutionnel qui mérite plus de clarification, ii) des fragmentations et duplications d’interventions de protection sociale de partenaires au développement constatées surtout au niveau décentralisé et souvent hors de contrôle de la coordination nationale, iii) une absence de mécanisme de coordination au niveau décentralisé etc. Pour ce faire, l’action conjointe du projet travaille avec la partie nationale, au renforcement des capacités des acteurs au niveau décentralisé pour l’amélioration des mécanismes de coordination, telle que la mise en place de plateformes régionales de protection sociale.

En matière de financement de la protection sociale, Il faut noter que des efforts ont été fait par le gouvernement du Sénégal. En 2018, l’UNICEF avec le Ministère en charge de l’Economie ont produit une étude sur l’analyse des dépenses sociales sur la période 2013-2015. Cette étude a permis de constater une évolution positive des dépenses de l’Etat consacrée au secteur de la protection sociale. La part du sous-secteur de la protection sociale (y inclus les ressources allouées à la CMU) dans les dépenses globales de l’État pour la santé et la protection sociale est passée de 14% en 2013 à 19% en 2014, puis à 28% en 2015 (UNICEF et MEFC, 2018). Malgré ces efforts, la mise en place d’un mécanisme de suivi des dépenses publiques de protection sociale reste un défi majeur que le projet va adresser dans sa mise en œuvre.

En 2019-2020, une revue globale du système de protection sociale menée par l’OIT avec l’appui de l’Union européenne a permis de déterminer des scénarios d’extension du système pour la mise en œuvre effective de la SNPS, au travers notamment de la mobilisation de nouvelles sources potentielles de financement et l’extension de la couverture, celle-ci demeurant polarisée entre l’emploi formel salarié et l’assistance sociale.

Ainsi, l’action conjointe vise à approfondir les options et recommandations pour un financement durable de la protection sociale et appuyer l’extension de la couverture de la protection sociale. En outre, les activités permettront d’opérationnaliser ces recommandations pour sécuriser les dépenses de protection sociale à travers le Budget de l’Etat, mais aussi au niveau législatif et juridique.

Principaux résultats 2019-21

A ce titre, le projet a déjà enregistré les résultats ci-dessous :

  • Les acteurs gouvernementaux, notamment ceux de l’Observatoire de Suivi du Budget Social (OSBS), des parlementaires et la société civile ont été sensibilisés et vu leurs capacités renforcées en matière de financement de la protection sociale et de son importance, à travers une série d’actions de plaidoyer et de formation.
  • Des pistes d’amélioration et d’extension du programme de la Carte d’Egalité des Chances ont été clairement identifiées et budgétisées, pour une meilleure inclusion des personnes vivant avec un handicap dans le système de protection sociale.
  • La mise en œuvre effective du régime simplifié de sécurité sociale pour les travailleurs de l’économie informelle (RSPC) a été appuyée à travers l’identification de mesures incitatives et de prise en compte effective du genre dans le dispositif et la phase pilote de la branche santé.
  • Un appui a été fourni à la Direction générale du Travail et de la Sécurité sociale (DGTSS) pour améliorer la communication et la transparence de l’information avec le grand public.
  • Un appui a été donné à la DGPSN pour la mise à jour du Registre National Unique (RNU) qui est l’outil essentiel de ciblage des programmes de protection sociale. L’Appui à la mise en place des plateformes régionales de protection sociale.
  • Le soutien apporté par le GCSPF/WSM aux organisations de la société civile et aux dirigeants syndicaux de 25 organisations représentatives a permis de renforcer leurs capacités sur divers sujets, notamment la gestion des finances publiques, la budgétisation axée sur les programmes, la protection sociale et les techniques de plaidoyer. Cela leur a permis de mener diverses activités de lobbying et de plaidoyer auprès du gouvernement central et des autorités locales pour un financement durable des programmes de protection sociale destinés aux travailleurs et aux populations les plus vulnérables. Il s’agit notamment des programmes destinés aux populations informelles et rurales (versement des arriérés de subventions publiques comme contribution aux mutuelles de santé dans le cadre de la couverture maladie universelle), aux personnes handicapées (CEC) et aux personnes âgées (sésame).
  • L’appui technique mentioné précédament a permis aux membres du GCSPF de développer et de diffuser deux documents de position : (i) un mémorandum sur la protection sociale et son financement aux Gouverneurs des 14 régions administratives du Sénégal et (ii) une charte pour engager les futurs maires de tous les districts du Sénégal à soutenir/financer les politiques de protection sociale sensibles au genre. Un plaidoyer intensif pour un cadre juridique propice et un mécanisme de financement durable sera mené en 2022/23.

Ressources

Événements

Partenaires du projet

Le projet est développé conjointement par l’OIT, l’UNICEF, la Délégation de l’Union européenne (DUE) à Dakar, le gouvernement du Sénégal – par l’intermédiaire de la Délégation nationale à la Protection sociale et à la Solidarité nationale (DGPSN) du ministère du Développement communautaire, de l’Équité sociale et territoriale, du ministère des Finances et du Budget et du ministère chargé du travail – ainsi que par la société civile sous la direction de We Social Movements (WSM), et les partenaires sociaux.

Contacts

M. Dramane Batchabi, Spécialiste de la protection sociale, OIT, batchabi@ilo.org

M. Moussa Dieng, Coordinateur national de projet, OIT, dieng@ilo.org

Mme Alix Machiels, Experte associée en protection sociale, OIT, machiels@ilo.org 

M. Ousseini Ouedraogo, Responsable national de la protection sociale, UNICEF, ousouedraogo@unicef.org

M. Valère PIHOUN KOFFI, Coordinateur WSM, Afrique de l’Oest, valere.koffi@wsm.be 

Une femme s’apprête à remettre ses cotisations de sécurité sociale au bureau de poste, Dakar, 14/01/2022.

Vendeuse de fruit, Dakar, 14/01/2022.

Un médecin ausculte une patiente lors d’une consultation médicale. Branche santé, RSPC. Dakar, 05/03/2022.

Un adhérent tenant sa carte d’allocation devant le bureau de l’IPRES, Dakar, 14/01/2022.

Le mobile banking, outil important pour les transferts monétaires sociaux, Dakar, 14/01/2022.

Une entrepreneure en fauteuil roulant dans ses locaux de travail, Dakar, 19/02/2022.